16 avril 2008

Gerakas limeni, été 2008

je rêve
alors je laisse mes phrases ouvertes, sans barrières
je rêve
les méduses grises seront au rendez-vous, les enfants qui plongent, qui crient, qui rient
le soleil sur les façades blanches
les vieux auxquels souhaiter, chaque soir, le même soir frais et reposant

je rêve
d'elle-soeur près de moi qui sentirait
ce que je ressens quand la nuit vient sur moi,
sa peau fraîche contre ma peau, son ombre
sur mes yeux saturés de lumière
sa main
qui arrête toute tentative de chagrin

ονειρεύομαι...


Posté par isyrene à 17:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Gerakas limeni, été 2008

Nouveau commentaire